Notre meilleure ennemie, la fiabilité météo. La mesurer relève très souvent de l’expérience de chacun. On ne fait même plus attention lorsque du beau temps est annoncé pendant 4-5 jours tandis qu’on peut tout miser sur un simple pictogramme « pluie » un samedi après-midi.

Qu'est-ce que la fiabilité météo ?

De quelle fiabilité parle-t-on ?

L’expression « fiabilité météo » est très large. Certains verront la fiabilité du temps (soleil ou pluie et peu importe s’il y a quelques nuages), d’autres de la température (gelées, fortes chaleurs), d’autres du vent (les rafales ont-elles été aussi fortes que prévues? Le vent a-t-il soufflé en mer et dans la bonne direction?) et d’autres encore la quantité de pluie ou de neige tombées.

Pour y voir plus clair, regardons à la source. D’où vient la météo que l’on regarde à la TV, sur le web, sur nos mobiles, tablettes, à la radio, dans le journal … ?

mesurer la fiabilité météo

Mesure de la pression atmosphérique – Image d’illustration – Pixabay

Des systèmes de calcul extrêmement puissants

des supercalculateurs plus puissants

Des supercalculateur extrêmement puissants – Image d’illustration – Pixabay

Chaque fournisseur de prévisions météo a son mécanisme de prévisions qui intègre un ou plusieurs modèles météorologiques calculés par des supercalculateurs mis à jour plusieurs fois par jour (voir l’article sur la fiabilité des modèles en cliquant-ici).

Certaines applications ressortent les prévisions brutes de ces modèles et d’autres comme meteo85.com fusionnent méthodiquement et calculent toutes les 6h une prévision optimale à 15 jours.

Derrière ces quelques pictogrammes et données, il se cache donc un système colossal et complexe de calculs sur lequel des milliers de chercheurs innovent chaque année.

Dans un univers chaotique

Tous ces calculs prennent en compte l’état de l’atmosphère à un instant donné et assimilent de très grandes quantités d’observations (capteurs au sol et embarqués en bateau, avion, ballons mais aussi radars de précipitations et satellites…).

Pour que les prévisions soient le plus juste possible, il faudrait connaître parfaitement l’état de l’atmosphère en 3 dimensions le plus finement possible (température, humidité, pression, vitesse du vent, ensoleillement…).

Or, dans le monde « réel » dans lequel nous vivons, la prévision a ses limites. On ne peut pas mesurer tout le temps et en tout point la donnée météo avec précision malgré toutes les technologies présentes.

Aussi, les supercalculateurs doivent sortir en quelques dizaines de minutes une quantité monstrueuse de calculs pour avoir des prévisions à 24,48,72h voire jusqu’à 15 jours et ne peuvent pas tout intégrer simultanément.

Parfois, certains satellites passant à plus basse altitude scannent une région à certaines heures et l’assimilation des données sera meilleure (donc la prévision plus fiable) à partir de ces heures là.

La clé, c'est la donnée

En partant du principe que les calculs sont très performants, la clé d’une bonne fiabilité météo, c’est la donnée. Plus on a de données sur le passé et sur l’instant présent, mieux on peut prévoir ce qui va se passer.

Certains modèles apprennent aussi des situations météo passées pour prévoir le futur, ce qui les rend plus performants au fil du temps et augmente la fiabilité météo.

Les prévisions en sortie de ces modèles peuvent ensuite être réajustées localement pour dégager les aspects locaux mal pris en compte dans les modèles parfois (le relief est lissé dans les modèles météo globaux comme GFS ou ECMWF tandis qu’il est bien représenté dans les modèles à maille fine tels que AROME ou WRF par exemple).

Les phénomènes locaux tels que les orages, effets venturi, brises (marines ou de pente) seront aussi moins pris en compte ou pas du tout par des modèles à maille large (GFS, ECMWF) pour qui ce n’est pas la vocation.

L'arbitre, c'est l'utilisateur de la donnée

Le juge-arbitre de la fiabilité météo, c’est vous !

Que cherchez-vous en regardant les prévisions météo ?

Vous souhaitez de la pluie pour que vos cultures poussent, du vent pour le windsurf, pas de vent pour la montgolfière, de l’orage pour prendre en photos les éclairs, du soleil pour pouvoir en profiter ou pas de gel tardif pour que vos vignes se portent au mieux ?

À chacun sa solution et la météo présente sur tous les médias gratuitement répond au besoin du plus grand nombre et ne sera souvent pas assez fiable pour un agriculteur, un professionnel qui l’utilise pour gérer son commerce ou un artisan qui devra peindre en extérieur demain.

Pour une solution adaptée, les prévisions sur mesure permettent de s’orienter vers une fiabilité bien plus importante que ce soit pour la prévision de pluie, de gel, de vent, d’orage, de grêle, d’inondations ou tout autre phénomène météo impactant l’activité.

l'utilisateur juge la fiabilité

L’utilisateur est le juge de la fiabilité – Image d’illustration – Pixabay

Le changement climatique impacte-t-il la fiabilité météo ?

De manière générale, il faut savoir que l’on gagne 1 jour de prévision « en moyenne » tous les 10-15 ans. Mais le changement climatique actuel pourrait bien casser cette tendance. En effet, prévoir du beau temps à 5 jours lorsqu’un anticyclone puissant est placé sur le pays n’est pas trop un problème pour les modèles.

En revanche, les phénomènes météorologiques induits par une augmentation anormale de la température, de la température de l’océan, une plus grande fonte des glaces aux pôles, des zones déboisées ou qui se désertifient, etc. se multiplient et deviennent de plus en plus extrêmes. C’est un fait qui se vérifie d’années en années.

Ces phénomènes (orages, inondations, grêle, cyclones, tornades, gel tardif car grande douceur hivernale, fonte des glaces et augmentation du niveau de la limite pluie-neige) sont parfois nouveaux ou plus intenses. La France en est un bon exemple.

Les phénomènes extrêmes s'inviteront de plus en plus

des inondations plus fréquentes

Des inondations plus fréquentes – Image d’illustration – Pixabay

    • Les épisodes méditerranéens se multiplient comme dans le Gard récemment.
    • Les gouttes froides (zones instables sur l’Espagne très souvent liées au fort chauffage en surface et à une bulle d’air froid en altitude) sont plus intenses et occasionnent des orages parfois extrêmes avec d’un côté des inondations et de l’autre côté un temps sec et chaud (presque chaque région a eu le droit à son inondation en 2021 malheureusement).
    • Les systèmes météorologiques hybrides (entre l’ancien cyclone et la dépression) remontant sur des eaux chaudes sont des phénomènes nouveaux et très énergétiques.

Les prévisions météo sont souvent perturbées avec ce type de phénomènes et leur fiabilité descend à quelques heures parfois (un orage peut se développer à 1 km et pas chez vous).

Les prévisionnistes sont aussi en difficulté face à ce genre de phénomènes surtout lorsque l’ensemble des modèles n’est plus en cohérence.

On prévoit alors des risques et l’on fait jouer l’expérience au maximum ainsi que la théorie pour dégager le scénario le plus fiable.

La fiabilité météo sera-t-elle toujours d'actualité dans 10 ans ?

Bien que le changement climatique bouleverse la prévision dans certaines situations, les puissances de calculs et groupes de recherchent ne cessent de s’améliorer. La précision des prévisions sera de plus en plus forte à l’avenir mais une chose est certaine, il faudra plus de 10 ans avant que la prévision automatique ne soit plus performante qu’un prévisionniste humain.

Pour des prévisions les plus fiables possibles, la marche à suivre est :

    1. La prévision par modèles météo.
    2. Prévisionniste interprétant et critiquant les modèles météorologiques au moment voulu.
    3. Utilisateur comprenant les prévisions adaptées à son utilisation.

La 2e étape, pour être réussie, n’est pas gratuite, elle demande du temps d’analyse et d’interprétation mais permet une bien meilleure satisfaction pour la 3e étape.

planete terre

Le fruit de demain est la graine d’aujourd’hui – Image d’illustration – Pixabay

Vos prévisions détaillées à 15 jours

Météo agricole pour ma ville (abonné PRO)

que faire en cas d'orage

Conseils vigilance : que faire en cas d’orage ?

À chaque fois, la même question revient : que faire en cas d'orage ...
Lire La Suite…
abonnements météo

Tendances saisonnières pour les 6 prochains mois

Tendances saisonnières pour les 6 prochains mois Les tendances saisonnières sont mises à ...
Lire La Suite…
pourquoi le brouillard

Pourquoi le brouillard ?

Pourquoi le brouillard ? Pourquoi le brouillard ? Le brouillard est un phénomène ...
Lire La Suite…