Info ou intox : les mini-tornades existent-elles vraiment ?

Et vous, avez-vous déjà vu une mini-tornade de vos propres yeux ? Dans un journal ou sur le net ? Les mini-tornades existent-elles et font-elles des dégâts ? Quelle est leur catégorie ? Tentons d’y voir plus clair.

Qu'est-ce qu'une tornade ?

Le mot tornade provient de la langue espagnole avec le terme « tornado » pour tourner.

C’est un tourbillon venteux très violent d’environ une ou plusieurs dizaines de mètres de diamètres qui prend sa source à la base d’un nuage orageux appelé cumulonimbus.

Ce phénomène est rare et n’arrive que lorsque les conditions de cisaillement de vents sont favorables en basse atmosphère, sous des orages généralement supercellulaires.

C’est un phénomène généralement bref (quelques secondes à quelques minutes) qui a lieu lorsque l’entonnoir nuageux touche le sol.

Les tornades se produisent la plupart du temps en plaine comme dans la « Tornado Alley » aux USA mais on en recense également chaque année en France. En montagne, elles sont bien plus rares.

Micro-tornade, Mini-tornade, Maxi-tornade, Giga-tornade, Tornade force 10...

Lequel de ces termes est correct ?

Même s’ils sont très marketing, AUCUN de ces termes n’est correct. Ils relèvent tous de la fantaisie, de la science-fiction ou de l’imaginaire populaire. Vous entendez très souvent celui de mini-tornade qu’on pourrait définir par une tornade ayant fait des dégâts très localement et en peu de temps.

En réalité, il s’agit d’une « tornade de faible intensité », terme un peu moins marketing et vendeur mais plus scientifique. Attention, le progrès scientifique ne s’arrête pas là, les chercheurs se sont penchés sur la quantification des tornades et ont détaché des échelles en fonction des régions où les tornades se produisent.

Il existe l’échelle de Fujita et l’échelle de Fujita améliorée. L’échelle de Fujita était la première créée mais ses imperfections ont conduit les ingénieurs et chercheurs à améliorer cette échelle avec Fujita améliorée présentée ci-dessous (source Wikipédia).

Catégorie

Vents km/h

Dégâts

Description

EF0

105-137

Légers

Quelques morceaux de recouvrement de toit enlevés (tuile, bardeau d’asphalte, etc.), dommages aux gouttières, cheminées et revêtement de façade, branches cassées, arbres à racines de surface renversés

EF1

138-178

Modérés

Recouvrement de toit complètement enlevés, mobile-homes renversés ou endommagés sévèrement, portes extérieures envolées, fenêtres et autres articles en verre cassés.

EF2

179-218

Considérables

Toits soufflés sur des maisons bien construites, maisons à charpente légère déplacées de leurs fondations, maisons mobiles complètement détruites, gros arbres cassés ou déracinés, objets légers devenus des projectiles, automobiles soulevées.

EF3

219-266

Sévères

Étages complets de maisons solides détruits, dommages importants aux édifices publics comme les centres commerciaux et les centres d’affaires, trains renversés, arbres écorcés, camions et grosses voitures soulevés et déplacés, bâtiments légers complètement soufflés à distance.

EF4

267-322

Dévastateurs

Maisons bien construites et maisons à charpente légère détruites, voitures soufflées à distance et nombreux objets transformés en projectiles.

EF5

>322

Incroyables

Maisons solides rasées et les débris projetés, objets de la grosseur d’une voiture projetés à plus de 100 mètres, gratte-ciels avec des dommages structuraux, etc.

Une tornade de faible intensité est donc une tornade EF0. Pour juger de l’intensité d’une tornade après le sinistre, il est préférable de contacter un expert météo qui analysera les dégâts ou établira un certificat d’intempéries comme sur meteo85.com pour confirmer la présence d’une tornade et son intensité. Il peut s’agir parfois d’une macro-rafale ou micro-rafale descendante liée à un orage si violente qu’on pourrait croire à une tornade.

Si vous ne savez pas au préalable quelle est l’intensité d’une tornade ou que vous n’êtes pas météorologue, optez pour le terme tornade (forte, violente, faible, modérée) mais abandonnez l’idée de la « mini » car on ne parle pas d’un verre cassé mais d’arbres, maisons ou bâtiments endommagés si ce n’est de pertes humaines qui ne sont jamais à associer au mot « mini ». Il serait a priori absurde de parler de mini-attentat, de mini-tsunami, de mini-guerre ou de mini-éruption volcanique.

Voici la vidéo complète d’une tornade EF5 filmée aux États-Unis (Youtube) :

Les tornades qui ne touchent pas le sol, mini-tornade ou non ?

Si vous aimez ce terme, vous allez être déçu.

Les tornades qui ne touchent pas le sol ne sont pas des tornades par définition.

Ce sont des entonnoirs généralement que l’on appelle des « tubas ».

Ils sont sans danger tant qu’ils restent des tubas et ne touchent pas le sol.

Même si le phénomène reste sans danger s’il n’évolue pas, il peut être accompagné de fortes pluies, de grêle ou d’orage et de rafales de vent. Mieux vaut donc s’en éloigner.

tuba

Tuba – source Pixabay

Une tornade dans un champ par ciel bleu, si ce n'est pas une mini-tornade, c'est ?

Lorsqu’il fait beau, le soleil chauffant fortement le sol parfois provoque des courants d’air ascendants.

On voit régulièrement les oiseaux de proie ou tournoyer autour de ces courants d’air.

Lorsque les ascendances sont importantes, alors il se créée un tourbillon de poussière que l’on appelle… « Dust Devil » (Diable de poussière en anglais) s’il est bien établi.

Il existe un phénomène analogue l’hiver en montagne ou sur la neige lorsque le soleil chauffe une surface très froide enneigée, le « Snow devil » (Diable de neige).

On voir des dust devils à la fin du printemps, l’été ou au début de l’automne dans des champs la plupart du temps par air sec.

Un dust devil fait peu de dégâts mais il peut faire s’envoler des objets légers, des toiles ou des barnums lors de festivals l’été et est imprévisible.

De manière générale, tout phénomène tourbillonnaire local est peu prévisible car il se produit sur un intervalle de temps très court (quelques secondes/minutes) et sur une zone très localisée (10/100 m à 1km).

Un modèle météorologique même fin avec une précision d’1km et un pas de temps d’1 heure ne peut pas le simuler.

Les météorologues avisés parleront alors de risque tourbillonnaire sur une zone si risque de tornade il y a.

Pour voir ce qu’est un dust devil, regardez la vidéo amateur ci-dessous (Youtube) :

En insistant un peu, les mini-tornades en mer, ça existe ?

Vous avez l’équivalent de la tornade en mer, généralement d’intensité moindre avec la « trombe marine ».

Ce phénomène peut apparaître sous nuage d’orage ou sous un cumulus congestus, nuage à forte extension verticale juste-en dessous du seuil de l’orage.

Les trombes marines peuvent néanmoins faire de gros dégâts sur les navires mais aussi projeter à plusieurs centaines de mètres ou de kilomètres des poissons qui nageaient en surface.

Au coeur de ces phénomènes tourbillonnaires, la pression est très basse et l’aspiration importante.

Bien souvent, ce ne sont pas les vents de la tornade ou de la trombe qui tuent directement mais les projectiles arrachés par ces vents qui se transforment en armes.

Attention quand même à ne pas croire qu’un requin puisse être emporté par une trombe, trop massif pour être arraché même en surface de l’eau comme dans le célèbre film « Sharknado » (trailer Youtube, si vous appréciez les effets spéciaux d’une autre époque, attention certaines images pourraient heurter la sensibilité des plus jeunes).

Les trombes marines arrivent parfois sur terre et deviennent techniquement des tornades. Elles peuvent faire de nombreux dégâts sur les plages comme ici en Italie le 6 septembre 2020 (vidéo amateur – Youtube) :

Mini-tornade, toujours pas convaincu ?

Alors il est peut-être l’heure pour vous de partir chasser les tornades dans la Tornado Alley avec une « Mini » à prix intéressant sur : https://www.mini.fr/fr_FR/home/nos-offres/offres-loyer.html

Pour partager cet article sur les réseaux sociaux – Cliquez sur l’icône de votre choix.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn